Discographie >> Kollektors >> Bootlegs
Nous sommes le 24 Nov 2017, il est 01:03
 
 
 
 
   
Le terme Bootleg, apparu pour designer en premier lieu les enregistrements fait à l'insu de l'artiste lors des concerts de rock, puis édité entre 500 et 5000 exemplaires (500 étant le minimum pour mettre en route une chaîne de fabrication) et vendu le triple du prix d'un disque classique, désigne une oeuvre pirate, non officielle et qui remporte un franc succès dû à sa rareté. Il y encore 5 ans, il était très facile de se trouver des enregistrements lives d'un artiste ou d'un groupe. Une grande production de ces CD provenaient d'Italie ou la reproduction d'enregistrement live était autorisée. Depuis la création de la CEE, tous les pays membre de la comunauté n'ont plus le droit de pratiquer ce genre de trafic. Le label le plus connu à l'époque etait le label KTS (Kiss The stone) d'origine Italienne. A l'origine une grande partie des CD bootlegs étaient produits en Europe. L'italie était l'un des berceaux de cette industrie et vers le milieu des années 90, les fabricants Italiens se sont déplacés vers la république Tchèque et nous avons vu l'apparition de nouveaux labels (par exemple Oxygen). Actuellement la production de CD Bootlegs est réalisée en grande partie par les Japonais. On assiste également à une nouvelle apparition, celle des CD-R. Ils commencent à prendre une part très importante de la production de bootlegs, par le fait que l'on puisse les fabriquer "à la maison".
   
Je vais essayer, sur ces quelques pages, de vous présenter du mieux possible la discographie des bootlegs d'Iron Maiden. Elle est loin d'être complète mais vu le nombre impressionnant d'enregistrements disponibles, il est très difficile d'en faire le tour exact. Pour faciliter votre visite, j'ai divisé le tout en deux grandes catégories : les vinyles et les CD (ou CD-R).
   
 
 
© Copyright maiden.ch 1999-2016 / Vevey / Suisse
Dernière mise à jour : 27.08.2017