MISES A JOUR

19.04.2019

Ajout de trois nouvelles dates à la tournée Legacy of the Beast Tour - 2019 :
- Samedi 27 juillet - USA - Brooklyn, Barclays Center
- Vendredi 27 septembre - Mexique - Mexico City, Sports Palace
- Lundi 14 octobre - Chili - Santiago, Movistar Arena

13.04.2019

La liste des dates de concerts de la tournée Ed Hunter Tour - 1999 est maintenant ajoutée.

18.03.2019

Le référencement des matrices des pressages vinyles officiels de l'album The Number of the Beast et maintenant terminé. Les informations indiquées en italique sont des annotations marquées à la pointe à tracer, tandis que les informations en écriture droite sont frappées à l'aide d'un poinçon.

07.03.2019

Le 16 novembre 2018, les quatre premiers CD Digipack de la série des rééditions "The Studio Collection - Remastered" sont sortis en Europe. Cette nouvelle série remplace les rééditions de 1998 qui commencaient à dater sérieusement. La présente mise à jour place les pressages de ces rééditions européennes sur leurs pages respectivent :
- Iron Maiden - EU - 0190295567767 - Parlophone - SDRM BIEM - 2018 - Digipack
- Killers - EU - 0190295567750 - Parlophone - SDRM BIEM - 2018 - Digipack
- The Number of the Beast - EU - 0190295567743 - Parlophone - GEMA / MCPS - 2018 - Digipack
- Piece of Mind - EU - 0190295567729 - Parlophone - GEMA / MCPS - 2018 - Digipack

04.03.2019

Après avoir quitté Iron Maiden, Blaze Bayley a monté son propre groupe sous le nom de BLAZE. Avec cette formation, il a sorti trois albums studio plus un album live, à raison d'un album par année entre 2000 et 2004. Après cette période fructueuse, des problèmes personnels sont venus gripper la machine. Il faudra attendre 2007 pour le retrouver au meilleur de sa forme avec un nouveau projet, cette fois sous son propre nom. Pour retrouver son public, un live est enregistré en Pologne regroupant des titres d'Iron Maiden, de Woflsbane ainsi que de BLAZE. Il sera proposé dans un premier temps en version limitée Digipack DVD + 2 CD ainsi qu'en version DVD simple. En 2013, une version 2 CD sera éditée.
Avec cette mise à jour, je vous propose de découvrir les détails de cet album "Alive in Poland" qui regroupe pas moins de six titres issus de sa période au sein d'Iron Maiden : Futureal, Man On The Edge, Virus, When Two Worlds Collide, Look For The Truth et Sign of the Cross.

03.03.2019

A partir de 1983, avec la conquête du marché américain, des maxi singles promo sont sortis aux Etats Unis. Pour la plupart, il s'agit de titres déjà distribués au grand public comme "Flight of Icarus", "2 Minutes To Midnight" ou encore "Aces High". Mais il en existe deux qui sont sortis exclusivement pour la promotion des albums "Piece of Mind" et "Powerslave". Ces deux maxi singles promo sont les suivants :
- Cross-Eyed Mary - USA - Promo - SPRO-9003
- Flash of the Blade - USA - Promo - SPRO-9361

02.03.2019

A peine un jour que le nouveau site est en place qu'une mise à jour vient l'agrémenter d'une nouvelle page. En fait, pas si nouvelle que ça puisque elle était déjà présente sur l'ancienne version. Il s'agit le la page Story. Comme elle s'arrête à l'année 2000, j'hésitais à la remettre tant que je n'avais pas mis une suite à cet article extrait du Guitar Part spécial Iron Maiden. Tout compte fait, elle est mieux en ligne plutôt que de l'oublier sur mon disque dur.

Autre mise à jour, celle de l'album live "Go Loco at the Asylum" de Wolfsbane. Venant tout juste de recevoir le disque, j'ai pu compléter les informations de la rubrique "Crédits".

01.03.2019

maiden.ch est allé à la rencontre de son créateur pour une interview exclusive

2019 marque les 20 ans du site Iron Maiden suisse romand ! Pour fêter dignement cet événement, maiden.ch a rencontré pour vous son créateur Robert Gilliéron, plus connu par son surnom hypocoristique "Gigi". Nous l’avons rencontré chez lui, sur les bords du lac Léman, entouré de sa collection consacrée au groupe légendaire britannique de NWOBHM : Iron Maiden. Si vous commencez une discussion sur le sujet, assurez-vous d’avoir du temps devant vous car une fois lancé, il sera difficile de l’arrêter. Nous avons passé un après-midi en sa compagnie tout en buvant de la Trooper Beer afin qu’il nous livre quelques anecdotes sur l'histoire de cette longue aventure.

maiden.ch : Cela fait maintenant 20 ans que tu as créé ton site Internet consacré à la Vierge de Fer. Qu'est-ce qui t'as poussé à le faire ?
Gigi : En 1996, le web est arrivé dans les ménages suisses. C'était avant tout pour moi un défi que de comprendre comment fonctionnait ce nouvel outil de communication. Au départ, je n'avais pas l'idée de faire un site sur Iron Maiden, mais au fur et à mesure que j'avançais dans cet apprentissage, je me disais qu'il me fallait un sujet pour mettre en pratique ces nouvelles connaissances. Comme Iron Maiden a toujours été une passion, il est vite devenu évident que consacrer ce site au groupe était la meilleure idée.

Le groupe n'avait-il pas déjà son site officiel ?
Le site officiel a été mis en ligne en 1998 avec son visuel de Virtual XI. Ils ont toujours mis un point d'honneur à être en phase avec les nouvelles technologies. L'arrivée du site Internet allait de pair avec la sortie des rééditions Enhanced CD contenant moult documents multimédia. Il fallait donc un contenu différent pour remplir les pages de mon site. Le fait qu'il soit en français était aussi un critère important à mes yeux, et pas seulement parce que je ne maîtrise pas la langue de Shakespeare (rire...) Je voulais que la communauté francophone puisse avoir un lieu de ralliement où trouver les informations utiles sur le groupe.

Mais n'y avait-il pas déjà pleins de site proposant ce service ?
Au tout début, quand j'ai mis le mien en ligne en 1999, il n'y avait presque rien qui existait. Mais c'est vrai que la donne a très vite changé. Pleins de petits sites sont apparus et également des forums comme le Forum Francophone Iron Maiden (FFIM) où l'on pouvait discuter de tous les sujets tournant autour du groupe. C'était un lieu de rencontre en ligne incontournable et mon forum est vite devenu obsolète.

Il te fallait trouver un sujet pour te différencier des autres sites naissants. Comment as-tu négocié ce virage ?
Dès le début de ma passion pour Iron Maiden, j'ai collectionné les disques. Dans un premier temps, j'achetai tous les pressages qui sortaient en Suisse, puis des imports. En faisant des bourses, j'ai pu trouver des pressages plus "exotiques". Et avec l'arrivée du e-commerce, de nouvelles possibilités s'offraient à moi pour acquérir des pressages encore plus rare venant du monde entier. La frénésie n'était pas comme aujourd'hui et il était facile de trouver de belles pièces pour pas très cher. Le FFIM m'a également permis de faire de très belles rencontres et connaître d'autres collectionneurs et ainsi pouvoir faire des échanges. Certains ont même vendu une partie ou la totalité de leur collection dont une partie a fini dans la mienne. Avec tout ce matériel entre les mains, l'idée de partager cette mine d'informations était toute trouvée. Je me suis mis à photographier, scanner et répertorier tout ce matériel pour le mettre en ligne.

Tu étais également le premier à référencer les versions originales des reprises que l'on trouve en B-side des 45 tours ?
Oui, car en plus de collectionner les disques d'Iron Maiden, j'ai la fâcheuse tendance d'approfondir à outrance le sujet (rire...). Je ne me suis donc pas arrêté à la discographie du groupe mais je collectionne également les discographies solos de chacun des membres. Ma curiosité m'a également poussé à rechercher les origines des reprises que le groupe joue sur les faces B des 45 tours. Ça m'a permis de découvrir des groupes qui ont influencés Steve Harris. Je me rappelle le jour où j'ai écouté l'album de Beckett qui contient le titre Rainbow's Gold, un album de 1974. En écoutant le disque, je me suis retrouvé estomaqué en écoutant un passage de Life's Shadow et de constaté que Steve Harris avait carrément repris tout un passage de ce morceau pour l'intégrer à son titre Nomad. Mais le plus étonnant était qu’une partie du texte de ce même morceau était reproduit sur Hallowed Be Thy Name, un titre emblématique du groupe. D'ailleurs, une plainte a fini par être déposée par le manager de Beckett, Barry McKay. Pendant cette période, le groupe a dû retirer le titre Hallowed Be Thy Name de la setlist de leurs concerts. Heureusement pour les fans, un accord a été trouvé entre les deux parties et le titre a retrouvé sa place dans la setlist de la dernière tournée Legacy of the Beast.
 
Je profite que tu me parles des concerts pour en venir aux tourbook que tu références également...
Effectivement, c'est quelque chose que j'affectionne tout particulièrement. Ce sont de bons souvenirs des concerts auxquels j'ai pu assister. En plus d'informations sur la tournée, il y a beaucoup de belles photos prises en live.

Tu les as achetés lors des concerts auxquels tu as assisté ?
Pour la plupart oui. Depuis mon tout premier concert du groupe à Lausanne en 1986, j'ai chaque fois acheté le programme. Et j'ai assisté à tous les concerts du groupe en Suisse jusqu'à aujourd'hui, sauf un dans les années 90, quand Blaze Bayley était chanteur du groupe. Pour les programmes des tournées américaines et japonaises, je n'ai malheureusement pas eu la chance d'y assister personnellement, tout comme pour les concerts avant 1986. Je me souviens avoir acheté celui du World Slavery Tour chez Joe Carlucci à Lausanne, la petite boutique de fringue et accessoires pour metalleux à côté du Sapri Shop, aux Escaliers du Grand-Pont. Pour les autres, eBay a été mon principal fournisseur.

Lors de ces concerts, on peut entendre, juste avant que le show commence, une musique d'intro. Peux-tu nous en dire un peu plus sur ces musiques ?
Depuis quelques années, Iron Maiden a choisi de diffuser le titre Doctor, Doctor des Who en introduction de ses concerts. C'est le signal de départ, juste avant que les lumières s'éteignent. Mais ça n'a pas toujours été ce morceau. En 1986 par exemple, pour la tournée du Somewhere on Tour, le morceau d'intro était le thème du film Blade Runner. Le thème le plus connu reste le légendaire discours de Sir Winston Churchill qui ouvrait le World Slavery Tour en 1984/85. Il est d'ailleurs immortalisé sur le premier album live du groupe "Live After Death". Si on n’est pas habitué aux concerts d’Iron Maiden, on peut être surpris de voir tout d’un coup une foule s’électrifier sans raison apparente. Mais le fan est aux abois, il sait que dès que la dernière note aura raisonné, le rideau va tomber et le groupe entrera en scène. C’est un moment vraiment fort. Et souvent, après les concerts, j’entends des gens qui se demandent de quel titre il s'agit. Pour répondre à cette attente, j'ai créé une page qui éclairci tous ces détails.

De quel autre sujet es-tu fier de nous présenter sur ton site ? 
Une page que j'affectionne tout particulièrement est qui est haute en couleur, c'est la page des calendriers. Depuis 1985, chaque début de mois est rythmé par le feuillet que l'on tourne. Et c'est toujours un émerveillement de découvrir l'illustration qui va nous accompagner pendant cette période. J'ai donc fait une page où tous ces calendriers sont présentés en photos. Un bon moyen pour découvrir ou redécouvrir ces magnifiques photos ou illustrations. Le seul qui n’est pas possible de voir et celui de 1998/99. Il est très difficile aujourd’hui de le trouver et c’est le seul qui me manque. Il a la particularité, tout comme celui de 2000/1, de chevaucher sur deux années.

Y en a-t-il un que tu préfères ?
J’ai un faible pour celui de 1986. Il contient les photos du World Slavery Tour, tout dans les tons orange/ocre sur fond noir. Il est vraiment magnifique.

En cumulant tout ce dont on a discuté, on s'aperçoit que cela fait une montagne d'informations. As-tu bénéficié d'une aide extérieure pour réaliser ce travail ?
Ma grande fierté est d'être arrivé seul à réaliser ce projet. Je ne compte absolument pas les heures que j'ai pu passer dessus tellement il y'en a. Mais quand on parle de passion, la notion de temps qu'on y consacre n'a pas vraiment une grande importance. Par contre, je pense qu'on est tous un peu pareil et que l'on recherche une certaine reconnaissance pour ce qu'on a accompli. Cette reconnaissance,  je l'ai provoquée en 2002 en participant au concours du Webmaster Trophy. Au final, mon site avait reçu la médaille d'argent dans la catégorie des sites amateurs. Je ne sais pas si en le refaisant aujourd'hui le résultat serait similaire, mais le fait d'avoir actuellement des retours positifs venant de mes visiteurs me suffit largement.

Tu nous as dit un peu plus tôt ne pas maîtriser la langue de Shakespeare. Comment as-tu fait pour traduire les paroles des chansons ? As-tu fait appel à un traducteur ?
C'est vrai que pour cette partie du site, j'ai eu la chance d'avoir une aide extérieure. J'avais commencé à faire quelques traductions scabreuses des chansons quand mon ami Maverick, webmaster de The Iron Maiden Commentary, m'a proposé d'utiliser ses traductions, ce que j'ai immédiatement accepté. Quand je parlais tout à l'heure de belles rencontres sur le FFIM, celle-ci en fait partie.

Après 20 ans de mises à jour, peux-tu considérer que le site est abouti ?
Loin de là ! (rire...) Il y a encore beaucoup de disques que je n'ai pas et qui sont juste référencés sur le site, sans plus de détails. Au fur et à mesure que des pièces arrivent dans ma collection, cela engendre automatiquement une mise à jour. La carrière du groupe n'est pas finie non plus, j'espère donc que d'autres albums studio ou live verront le jour. Un autre grand travail que je n'ai pas commencé est celui du référencement des cassettes audio. Ce n'est pas un support que j'affectionne tout particulièrement, raison pour laquelle j'ai mis ce format un peu de côté. La page des bootlegs risque de s'étoffer également.

A t'entendre, tu rempiles pour 20 ans ?
J'en ai bien peur ! (rire)

Tu as utilisé le terme "bootleg". Je ne sais pas si ce mot est explicite pour tous. De quoi s'agit-il exactement ?
Cela vient du mot Bootlegger qui est un terme américain désignant un contrebandier qui cachait une bouteille d'alcool dans sa botte. Il est apparu pendant la guerre de Sécession et a également été utilisé lors de la période de Prohibition aux Etats Unis. Dans l'univers du disque, ce nom est utilisé pour désigner un album dont le contenu est issu d'un enregistrement live non officiel. Le son est généralement capturé depuis la salle par une personne du public. Il peut arriver que la source vienne d'une diffusion radio, dans ce cas, le son est très bon. Mais dans la grande majorité des cas, le son est plutôt de mauvaise qualité. L'intérêt est plus d'avoir un souvenir d'une tournée ou une archive sonore d'un concert en particulier. Pour ma part, j'essaye d'en avoir au moins un de chaque tournée. Mais je connais des collectionneurs qui ont vendu l'intégralité de leurs disques officiels pour se consacrer uniquement à ce genre de pressages.

Cela n'est-il pas illégal ?
N'étant pas juriste, je me garderai bien d'être affirmatif. Mais il semble que pour beaucoup de monde le sujet est très sensible et pose problème. Du moment où le disque est acquis en toute connaissance de cause, cela ne me semble pas problématique. Par contre, quand il est vendu sans autres explications à un public néophyte qui cherche un bon disque à mettre sur sa platine, cela me choc. Cela doit rester dans le cadre d'un public avisé. Le discours des Major sera par contre plus expéditif car elles estiment que c'est une perte de revenu pour elles. Par contre, là où je suis plus catégorique, c'est pour les disques pirates qui reprennent des enregistrements officiels et qui ne permettent pas toujours à un public non avisé de les différencier d'un pressage officiel. De voir pareils disques dans des bourses ou chez des marchands me dérange. Je connais suffisamment bien la discographie d'Iron Maiden pour ne pas me faire avoir, mais cela pourrait m'arriver pour d'autres groupes. Et d'ailleurs, ça m'est déjà arrivé. C'est pour ça que ces disques sont également référencés sur mon site avec la mention "Pirate" afin que mes internautes puissent choisir leur pressage en toutes connaissances de causes.

On arrive gentiment au terme de notre entretien. Cela a été un plaisir que de partager ce moment en ta compagnie. Quel serait ton mot de la fin ?
Quel que soit le sujet qui te passionne, fais-le toujours avec ferveur et conviction. Vas jusqu'au bout des choses. Quand tu croiras tout connaitre, c'est là que tu t'apercevras qu'il y a encore pleins de choses à apprendre. Et surtout n'oublie jamais que pour aller de l'avant, dans n'importe quel domaine, tu as besoin des autres. Alors partage tes acquis avec ceux qui y sont sensible et reste discret avec ceux qui ne te comprennent pas, ça t'évitera d'être invité à un dîner un mercredi soir... (rire...)

17.02.2018

Après de longues années sans grands changements dans l'apparence du site Iron Maiden suisse romand !, j'ai décidé de m'atteler à un travail titanesque, celui de refaire toutes les pages du site en rafraichissant le code HTML pour le rendre plus adapté aux nouveaux navigateurs mais aussi le rendre plus facile à gérer pour les mises à jour. J'en profiterais pour moderniser l'apparence sans le dénaturer. Je me donne une année pour accomplir cette tâche afin de pouvoir vous le présenter pour les 20 ans de son existence.