Tournées >> Give Me Ed... Til I'm Dead Tour 2003
Nous sommes le 17 Nov 2017, il est 20:20
 
GIVE ME ED... TIL I'M DEAD TOUR 2003
 
 
   
   
Légende au pays du heavy metal, Iron Maiden a donné lundi soir à Fribourg son seul concert prévu en Suisse. Devant un parterre hétéroclite venu célébrer son culte, le groupe a offert un set impressionnant d’énergie. Vingt ans de cirque musical n’ont en rien altéré la magie.

Ils sont venus par milliers, en voiture, en train, en patins à roulettes, sur leurs béquilles même… Parfois en voisin, parfois de très loin. C’est que, lundi soir, Forum Fribourg accueillait la seule date helvétique de la nouvelle tournée d’un groupe de légende au pays du heavy metal: les Britanniques d’Iron Maiden.
Et c’est bien pour les «papys» du hard que le public s’est déplacé en masse. Il n’a pas grand-chose à faire de Murderdolls (une annexe de Slipknot) qui s’escrime – très bruyamment – à tenter de capter son attention. Sans grand succès. Les spectateurs s’agglutinent autour des bars, en quête de bières ou de minérales, laissant Murderdolls terminer son tour dans une indifférence quasi générale.
Entracte, les lumières s’allument. On remarque alors que la musique d’Iron Maiden abolit les frontières générationnelles. Juché sur les épaules de son père, le benjamin de la soirée ne doit guère afficher plus de six ans. A quelques pas, un «vieux» blouson noir, le cheveu blanc comme neige, le visage buriné par les ans, sirote une mousse. Entre ces deux extrêmes, une foule hétéroclite et bigarrée – essentiellement composée de mâles blancs: vrais crasseux bardés de cuir, jeunes gens propres sur eux, géants tatoués, adolescents survoltés, militaires en goguette… Tous sont réunis ce soir pour célébrer le même culte aux dieux du heavy metal.
Quand revient la pénombre, une clameur immense remplit la salle, une forêt de poings se dresse vers le ciel. Iron Maiden entre en piste et entame son set avec le mythique The number of the beast. Première constatation: si Bruce Dickinson, du haut de ses 44 ans, a égaré sa longue chevelure, il n’a rien perdu de sa voix de stentor, sûre comme aux premières heures. Les musiciens non plus n’ont rien perdu de leur précision chirurgicale. Et même si le chanteur vitupère «cette connerie de loi suisse» qui empêche le groupe de pousser au-delà de 100 décibels, la puissance est bel et bien au rendez-vous.


Inédit et internet
The Trooper, Die with your boots on, Revelations, Hallowed be the name, 22 Acacia Avenue… Le groupe enfile ses classiques. Le public aux anges chante (hurle!) à tue-tête des textes qu’il connaît par cœur. Téléphone portable tendu vers le ciel, certains partagent leur bonheur avec les copains restés au bercail.
Iron Maiden offre alors en primeur un titre de son prochain album – le treizième en studio – qui sortira en septembre. «Si, accidentellement, quelqu’un a apporté un minidisc, qu’il l’enregistre et qu’il veut le diffuser sur internet… c’est OK. Mais si vous aimez le prochain album, s’il vous plaît ne le volez pas! Si c’est un album de merde, alors volez-le!» Et Bruce Dickinson de démarrer ce Wildest dreams… qui circule déjà sur internet. S’ensuivent des morceaux glanés au fil des albums: Brave new world, The Clansman, The Clairvoyant, Heaven can wait, Fear of the dark… Dans l’étuve qu’est devenu Forum Fribourg, la foule sue à grosses gouttes. Pour sûr, certains y auront laissé quelques kilos. A le voir courir d’un bout à l’autre de la scène (et retour), Dickinson a lui aussi dû perdre quelques plumes. Au bout d’une heure et demie de mélodies métalliques, Iron Maiden quitte la scène. Avant d’y revenir pour trois derniers titres. Bring your daughter to the slaughter et Two minutes to midnight ouvrent ce rappel qui se termine sur l’hymne «maidenien» par excellence, Run to the hills. Un final en forme d’apothéose.


Prestation bluffante
Repu – même s’il en aurait enduré plus encore – le public quitte Fribourg conquis, bluffé par une prestation impressionnante. Plus de vingt ans de cirque musical n’ont altéré ni la fougue ni la bravoure du combo. La magie Maiden opère encore.

Chronique écrite par Patrick Pugin
Source :
   
Set-list : The Number Of The Beast, The Trooper, Die With Your Boots One, Revelations, Hallowed Be Thy Name, 22 Acacia Avenue, Wildest Dreams, The Wicker Man, Brave New World, The Clansman, The Clairvoyant, Heaven Can Wait, Fear Of The Dark, Iron Maiden, Bing Your Daughter... To The Slaughter, Two Minutes to Midnight, Run To The Hills
   


      

       



      

 
 
© Copyright maiden.ch 1999-2016 / Vevey / Suisse
Dernière mise à jour : 27.08.2017